BIENVENUE SUR LE BLOG DE DANEEL !

En 2003 naissait le forum yahoogroupes "CULTURE NET 2013"...
Suivi quelque temps après du "FORUM 2013"...
Lequel, suite à sa pulvérisation par "l'Étoile de la mort" de l'Empire (!), fut remplacé par le forum googlegroupes :





Dans la continuité de ces sites déjà riches de centaines de discussions, d'articles et de dossiers "chauds" tous plus passionnants et édifiants les uns que les autres - :oD -... Voici donc "2013 CONTINUUM" !...


Afin que cette nouvelle année 2013
- et celles qui la suivront  (!) -
voit enfin triompher la CONSCIENCE ÉCOLOGIQUE...
POUR UNE VIE ENFIN PLUS EN HARMONIE AVEC NOTRE TERRE-MÈRE... GAÏA !




MEILLEURES PENSÉES DANEELIENNES !!!





jeudi 1 septembre 2011

ECHO LOGIQUE... DE L'ÉCONOMIE !

POUR UNE ÉCONOMIE AU SERVICE DE L'HUMANITÉ :
PARCE QU'IL EST ENFIN TEMPS QUE LES HOMMES NE SOIENT PLUS AU SERVICE D'UNE "ÉCONOMIE"... TOTALEMENT DÉSHUMANISÉE !!!




Savez-vous ce que signifie l'expression "créer la monnaie" ?
Tout simplement mettre en circulation de la monnaie nouvelle venant s'ajouter à celle déjà existante. Ainsi en 1960 la monnaie en circulation en France (ou masse monétaire) convertie en euros était équivalente à 14 milliards d'euros.
En 2004, en raison de l'inflation et de l'augmentation de la productivité, la masse monétaire est de 455 milliards d'euros.
Il a donc fallu créer 441 milliards d'euros.....

Aussi surprenant que cela paraisse, l'accroissement monétaire de 441 milliards n'a pas été mis en circulation par l'institut d'émission (ou banque centrale) dont c'était la fonction d'émettre au nom du peuple. Pour compenser cette défaillance, la nation (Etat, entreprises et particuliers), s'est endettée auprès des banques privées.

Celles-ci sont parvenues à s'emparer du droit de créer la monnaie par jeu d'écriture et à faire légaliser leur privilège.
Avec le cumul des intérêts depuis des décennies, il en coûtait en mai 2004 un endettement public et privé de 1700 milliards d'euros dont les intérêts se montent à 80 milliards d'euros par an....

La terre est peuplée par deux catégories d'humains.
L'immense majorité de ceux qui produisent toutes les richesses par leur travail, et l'infime minorité des banquiers qui produit tout l'argent par jeu d'écriture.
Pour consommer ce qu'elle produit, l'immense majorité emprunte tout l'argent à l'infime minorité.
Mais l'immense majorité n'a pas compris un problème pourtant bien simple.
C'est que si on s'endette éternellement les taux d'intérêt s'accumulent éternellement et on se ruine. C'est aussi bête que ça au point que c'est pas croyable.
Et parce que c'est pas croyable, la fête continue pour l'infime minorité...
A moins qu'un jour dans un éclair de lucidité, l'immense majorité ne réalise que parce qu'elle produit toutes les richesses c'est à elle de produire tout l'argent par jeu d'écriture !...





Une belle leçon d’économie :
Ça se passe dans un village qui vit du tourisme, sauf qu'à cause de la crise il n'y a plus de touristes. Tout le monde emprunte à tout le monde pour survivre.
Plusieurs mois passent ainsi, misérables...

Arrive enfin un riche "Homme d'Affaire" qui réserve chambre et restauration pour toute une semaine. Il paie comptant avec plusieurs billets de 100 €...
Le "touriste" n'est pas plutôt monté à sa chambre que l'hôtelier court porter ces billets chez le commerçant de l'épicerie bio, à qui il doit justement une ardoise.
Le commerçant va aussitôt porter ces mêmes billets au maraîcher bio qui l'approvisionne en fruits, légumes, et céréales.
Le maraîcher, à son tour, se dépêche d'aller payer leur salaires à ses employés....
Lesquels bouclent la boucle en se rendant à l'hôtel pour rembourser l'hôtelier qu'ils ne payaient plus n'ayant pas leurs salaires...

Comme ils déposent leurs billets de 100 € sur le comptoir, l'homme d'affaire, qui venait dire à l'hôtelier qu'il avait un fâcheux imprévu l'obligeant à repartir immédiatement, annule sa réservation, reprends ses billets et disparaît.
Rien n'a été dépensé, ni gagné, ni perdu.
N'empêche que plus personne dans le village n'a de dettes.

N'est-ce pas là l'une des solutions pour résoudre la fameuse "crise mondiale" ?



Et que découvre-je une semaine après avoir publié la première version de cet article...
Une autre histoire avec un air de famille particulièrement proche, où là est ajouté même la notion de "faux billet" (que l'on pourrait remplacer aisément pas la notion d'un billet tout à fait légal... mais semblable à cette "Monnaie Fécondante" dont je parlerais plus loin) :



Une fois n'est pas coutume, voici l'histoire d'une tranche de vie, d'un faux billet...

« A Condé-sur-Gartempe, son hôtel de la Gare est réputé pour ses ortolans et pour sa discrétion !...
Un vendredi après-midi débarque une jeune femme, d'apparence convenable, bien qu'un peu trop fardée. Elle réserve une chambre à un grand lit pour la nuit et, comme elle n'a pas de bagage, elle laisse en acompte un billet de 100 €, tout neuf. Puis, elle s'en va visiter la vieille ville.
Le pâtissier qui a vu la scène dit au patron :
"Ça fait 6 semaines que vous me devez 100 € pour la pièce montée que j'ai livrée à l'occasion de la communion de votre fille". Le patron lui donne le billet de bonne grâce.

Comme cette scène a été vue par d'autres, elle se reproduisit 5 nouvelles fois car le pâtissier devait aussi 100 € au minotier,.., qui en devait autant au garagiste,... lui-même débiteur de cette somme au boucher,... qui avait à régler 100 € au représentant de la maison Elida,... lequel devait à son tour acquitter sa chambre à l'hôtel de la Gare pour 100 €.
Il redonne donc le billet au patron de l'hôtel.
Notre dame revient de promenade. Elle annonce qu'elle annule sa réservation. Ce qui arrangeait bien l'hôtelier qui, entre temps, avait eu une demande d'un de ses vieux clients.
L'hôtelier lui rend donc son billet qu'elle brûle aussitôt.
"Il était faux", dit-elle en souriant...

Vrai ou faux, ce billet a permis d'annuler 600 € de dettes. S’il y avait eu 20 échanges de ce type au lieu des 6, c’est 2000 € de dettes qui auraient été effacées.
Dans cet exemple, la vitesse de circulation de cet argent, faux au demeurant, a été de 6 dans la journée (il est de 4,2 par an, dans la réalité actuelle), et a permis de produire un PIB de 600 € »...

Moralité de cette histoire.
Pourquoi un faux billet a t-il été capable de catalyser autant d'échanges ?
Parce qu'un billet est de la monnaie fiduciaire (du latin fiducia : confiance).
C'est exclusivement une valeur de confiance entre les membres d'une communauté.
Dans un autre pays, il n'aurait pas été accepté. Un billet faux perd de sa "valeur" seulement au moment où il se révèle faux et n'est plus accepté par celui qui le reçoit. C'est celui qui le détient en dernier qui en assume la perte. Dans cette histoire, il n'y a pas eu perte sauf pour la Dame de Condé qui savait de tout façon qu'il était faux.

Cela démontre en tout cas clairement que la valeur réside avant tout dans la confiance entre les participants, indépendemment du support servant d'outil transactionnel.
La masse monétaire du village a temporairement augmenté de 100 €, permettant l'extinction de différentes dettes (autrement dit de l'échange de valeur).
Cela démontre à quel point il est important qu'une masse monétaire puisse coller au plus près aux besoins d'une communauté donnée.





Il y a parfois des "actualités" qui semblent, malheureusement, intemporelles...
Les propos ci-dessous par exemple ne sont pas issu d'un article de ce mois de septembre 2011...
Mais du mois de mai 2004 !

Extrait de mon article sur "Destination 2013", publié le 28 janvier 2008 :

« Actualité oblige..... après ce nouveau "scandale économique" où un "Golden Boy" - un "Traders" on dit maintenant - vient de désintégrer quelque chose comme 5 milliards d'euros... la chaîne de télévision M6 nous propose ce soir un film sur ce genre de "petit génie" du clavier capable de jouer sans sourciller avec des milliards....

Petit rappel de mon propre dossier de 1995 à ce sujet que j'avais déjà réactualisé sur Culture Net en mai 2004 (Cf. "ÉCONOMIE ET RÉALITÉS") :

Puisque nous parlons d'argent, comment ne pas évoquer la cruauté et la folie criminelle de notre actuel système économique :
D'un coté des milliers d'enfants somaliens - et autres ! - qui crèvent de faim (malgré les dons généreux de milliers d'occidentaux aux bas salaires, menacés eux-mêmes de chômage, d'exclusion, et de malnutrition !)...
Et de l'autre, par exemple : le scandale de la banque britannique Barings, ruinée en un seul jour parce qu´un de ses jeunes employés de 28 ans - un "Golden Boy" -, a, d'un coup d'un seul, par une spéculation malheureuse (à cause de l'imprévisible tremblement de terre au Japon,... doit-on y voir un effet "provoqué" ?!), perdu plus de 5 milliards de francs ! Une banque ruinée, 4000 salariés menacés, les marchés boursiers du monde entier fortement secoués...

C'est la preuve de l'infernal capitalisme mondial, où les fortunes se font aussi vite qu'elles se défont.
En faisant sauter sa banque, ce jeune spéculateur (devenu un paria recherché par la police, alors que dans le cas contraire il serait devenu un héros, voir même : aurait été comblé de privilèges par sa Banque (banque qui sera de toute façon renflouée par les contribuables) !...) a réussi brillamment à démontrer à tous ceux qui en doutait encore l'absurdité de l'argent-roi, du "Dieu-dollar" (le retour du "veau d'or"!), devenu une valeur absolue pour une poignée de puissants capitalistes qui jouent à s'enrichir en ruinant les économies et appauvrissant les peuples !...
Des millions de gens ont faim alors que les gouvernements obligent les paysans (qui obéissent niaisement, et suivent ces directives irresponsables et criminelles aussi intelligemment que des moutons ignorants qu'on mène à l'abattoir !) à mettre leur terres en jachère, alors que l'on stocke, congèle, distille, détruit - aux frais du contribuable bien-sûr - la nourriture soi-disant excédentaire.

Il ne reste qu'à souhaiter que d'autres fassent sauter leurs Banques de la même façon et continuellement, pour enfin mettre les politiciens hypocrites au pied du mur, afin de mettre en place , cette "Autogestion Distributive" que de nombreux Économistes humanistes défendent déjà depuis des décennies !...
Par exemple, au lieu de l'actuelle économie de compétition : une "économie de coopération".
A la place de notre destructrice économie "capitalo-américano-libéraliste" : une "économie écologique", ou : "économie sensée" !
(Comme le prêchait "Greenpeace Magazine" dans son dossier de Juin 1993, présentant des interview d'Alain Lipietz, Économiste de formation et directeur de recherche au C.N.R.S., et de Philippe Van Parijs, responsable de la chaire Hoover d'éthique économique et sociale) !...



Telle encore cette forme "d'Autogestion Distributive" déjà mise en place par des communautés au Canada, en Australie, Angleterre et Nouvelle Zélande :
Le "Local Exchange Trading System", sorte de Banque associative qui utilise ce que l'on pourrait nommer un "dollar vert", mis au point par l'écossais Michael Linton.
D'ailleurs, dans un récent article de l'Express, du 6 avril 1995, que m'a fait parvenir mes amis de "Stratégique", du "Réseau Européen pour une Politique de Vie", on apprend qu'une variante de ce système de "Local Exchange Trading" est maintenant utilisé par des villageois d'Ariège, à Montbel, depuis septembre 1994, d'autres réseaux se constituant en Dordogne, dans l'Aude, et dans l´Hérault, pour régler leurs échanges de biens et de services. Là ce n'est plus le "L.E.T.", mais : le "S.E.L.", "Système d'Economie Locale" !...
(Le "dollar vert" est devenu : "le grain de sel", chèque coloré local, inconnu à quelques lieues de là. Une monnaie qui ne manque pas d'AIRE !...).   :o) 

Pourtant, l'Aire - "Association Internationale pour la Rénovation de l'Économie" - (ou maintenant le "Réseau Européen pour une Politique de Vie"), n'a rien inventé) :
==> Les pyramides de l'Égypte antique, la grande muraille de Chine, la Cité interdite de Pékin, les grandes cathédrales européennes, ont été financées dans des localités ou des états qui pratiquaient une monnaie "révoquable".
Celle-ci perdait régulièrement de sa valeur pour obliger ses détenteurs à la faire circuler rapidement, ce qui sappait à la base toute idée de spéculation, en accélérait le nombre des échanges économiques, et donc la prospérité générale.

A la suite des travaux de Silvio Gesell ("l'Ordre économique naturel", Bruxelles 1918), des monnaies "franches" (fondantes) ont été utilisées lors des grandes crises économiques :
- A Schwanenkirchen (1931-32, qui, d'une situation dramatique dûe à la crise, retrouva la prospérité en quinze mois !...),
- Wörgl (1932-33),
- Nice (1933),
- Lignères-en-Berry (1956-57, où elles ressuscitèrent en un an, une petite ville ruinée par la désertification des campagnes consécutives au plan Mansholt),
- Marans (1957-58), etc., ....

Toutes avec le même succès :
Un passage rapide de la plus grande pauvreté à une très grande prospérité ! (...)



L'exemple de Wörgl en Autriche est représentatif de 25 expériences effectuées :
=> En 1932, cette petite ville industrielle, très prospère, est gravement touchée par la crise : plus de 60% de chômeurs, on y meurt de faim, le chômage n'étant plus indemnisé.
Le maire décide, fin 32, d'utiliser la monnaie franche qui a si bien réussi à sa voisine Schwanenkirchen l'année précédente.
Après les inévitables réticences dues à la nouveauté de la chose chez les esprits bornés, cette pseudo-monnaie de "bons-valor" provoque en 9 mois un renouveau étonnant : 7 km de rue neuves, un stade et un tremplin olympiques, les dettes payées, le chômage totalement enrayé et, pour comble, un pont jeté sur la rivière l'Inn que Wörgl n'avait pas pu se payer en schillings lors de la grande prospérité de 1924-1928.

Les communes voisines s'apprêtaient à rentrer dans ce jeu.
Mais la Haute cour d'Autriche décida que cette monnaie "portait atteinte au privilège d'émission de monnaie" (sic) par la Banque d'Autriche.

Et Wörgl dut retirer ses "bons-valor", et laisser ainsi ses habitants retrouver leur "chère" famine !...

Sidérant n'est-ce pas cet immonde règne du veau d'or !
Cette triste conclusion n'était cependant pas isolée.
Ce système économique formidable utilisé par Wörgl, Lignères-en-Berry, etc., fut utilisé au moins 20 fois depuis son existence, y compris aux USA en 1933-1934, où elle créa des redressements inespérés dans 14 villages durement touchés, et en 1958 à Porto Alegre où le résultat fut également très remarquable.
La majeure partie de ces expériences réussies ayant été stoppé illégalement par la répression ou la manipulation publique de ces "Puissances financières" qui prêtent de l'argent qu'ils n'ont pas - donc "100% virtuel" !!! - aux divers États de la planète... Mais leurs réclament ensuite des intérêts, "sonnants et trébuchants", pas du tout virtuel cette fois !...


A NOTER QUE, DEPUIS, UN EXCELLENT OUVRAGE EST SORTI AUX ÉDITIONS DANGLES : 
A LIRE ET FAIRE LIRE !

Et aussi...
Voir notamment l'article : "L'île des naufragés"
(Fable qui fait comprendre le "mystère" de la crise financière... Qui ressemble d'ailleurs à une sorte d'arnaque mondiale de Madoff) :



A voir également, cette passionnante page de Marc Jutier consacré au problème :


A noter également cet ouvrage très intéressant sur la "vision gesellienne" de l'économie :
- "Quelque chose de nouveau de la planète monnaie !"

Ainsi que cet ouvrage, qui promet lui aussi d'être passionnant (je viens juste de prendre connaissance de son existence) :
- "AU COEUR DE LA MONNAIE !..."


Sans oublier cette remarquable série de vidéos d'Étienne Chouard...


Et on peut voir aussi l'excellent article "Chômage et Écologie"...
Dont voici un bref extrait du prologue :

La lutte contre la misère et la préservation de la planète vont de paire car elles sont intimement liées.
Beaucoup l’ignorent et pourtant les faits sont présents comme la disparité des richesses qui avec le réchauffement climatique deviennent une menace aussi importante qu’une troisième guerre mondiale...
Al Gore : "A l'heure actuelle nous taxons le travail et nous subventionnons l'épuisement des ressources naturelles... Et ces deux politiques ont contribué à l'apparition d'un taux de chômage élevé et au gaspillage de notre capital nature." ...


  




(10 avril 2004)

Extrait :
« Comme tout ce qui vit, nous sommes en étroite interdépendance avec notre environnement.
Et même notre mental est soumis à cette grande loi universelle que nous ne pourrons ignorer ou nier indéfiniment.
En 1976, par exemple, le neuro-biologiste Karl Pribram démontra avec la meilleure rigueur mathématique que même dans notre cerveau : 
TOUT TIENT A TOUT, TOUT SE TIENT !

En d'autres termes :
Les fonctions de nos cerveaux droit et gauche interagissent à la manière des fils d'un vaste tissu ouvert sur le monde matériel, relationnel et humain ...
(Ainsi que nous le répète le petit article "Émergence d'une Nouvelle Conscience" :
Tout est interconnecté : les sons, les insectes minuscules, les ronces, la Terre, l'univers ... et même l'Au-delà !
Toute action individuelle se répercute à l'échelon universel. Chaque individu vivant sur cette planète appartient à un tout, ou, en d'autres termes, appartient au tout en même temps qu'il n'en constitue qu'une partie) ...


Par ailleurs, écologie et économie étant elles aussi étroitement liées...
Rappelons brièvement l'oeuvre de Silvio Gesell, auteur en 1918 de "l'Ordre Économique Naturel" :
Le grand économiste Irving Fisher qui avait suivi toutes ses expériences de près, affirma que sa monnaie "franche" (appelée aussi "fondante", "fécondante", ou "à intérêt négatif") était le seul remède contre les crises, le chômage et la misère.
Elle l'est restée, mais la conspiration du silence a occulté la simple mémoire de ces faits, comme elle a oublié cette monnaie "révocable" qui a permis la construction de la cité interdite de Pékin au XIIIème siècle, des grandes cathédrales, ainsi que des temples et pyramides égyptiennes, qui furent construits non par des esclaves maltraités, mais par des artisans bien payés !

La prospérité économique est toujours revenue rapidement lors d'injections modérées de cette "monnaie franche" dans les 22 pays qui l'avaient testée.
Ils sont revenus à la misère dès qu'ils ont été forcés d'arrêter (par les banques commerciales émettrices de monnaie coûteuse, interdisant aux Nations la création de leur propre monnaie)....


Et n'oublions pas ces quelques données fondamentales, liant à la fois l'économique et l'écologique :
Il faut autant de combustible fossile pour créer nos "protéines animales" qu'il en faut pour chauffer nos demeures ou faire rouler nos voitures, et autant d'acier, d'aluminium, de cuivre, de zinc, de plastique et de verre pour amener cette nourriture sur notre table que pour fabriquer des automobiles ou des machines industrielles. Ceux qui nous fournissent cette nourriture utilisent de l'eau pure au débit incroyable de 1,3 milliard de litres par minutes.
La production d'un boeuf nécessite un volume d'eau 80 fois supérieur à celui nécessaire pour la culture de tubercules ou de bananes. 
Il faut près de 20 kg de protéines végétales pour n'obtenir qu' 1 kg de protéines de Boeuf, par surcroît pathogènes. Il faut en gaspiller 6 kg pour un seul kg de Porc, 4 kg pour 1 kg de Dinde, et encore 3 pour 1 kg de Poulet...

Sur un hectare de terrain qui ne peut "produire" que 250 kg de Boeuf, on pourrait y récolter 30.000 kg de Carottes, 20.000 kg de Pommes, 60.000 kg de Céleri, 50.000 kg de Tomates, 10.000 kg de Haricots verts, 40.000 kg de Pommes de terre, ou 5.000 kg de Cerises...

Il faut aussi savoir que les famines interviennent dans des territoires céréaliens plutôt que dans des régions cultivant des fruits et des oléagineux, sachant par ailleurs que 28% seulement des céréales sont consommées directement par la population, tandis que 72% servent à la production de viande et de lait, les animaux consommant chaque année plus de 600 millions de tonnes de céréales... pendant que meurent de faim de pauvres hommes de tous les pays, y compris en France.

Si le pays dans son ensemble adoptait une simple alimentation végétarienne à base de produits complets issus de l'Agriculture Biologique - comme l'enseignait Henri-Charles Geffroy il y a déjà plus de 50 ans ! -, les agriculteurs pourraient abandonner l'usage des produits chimiques nuisibles,... et subvenir à nos besoins en n'employant que 5% des terres cultivables du pays !
Ce qui permettrait donc d'entreprendre sur une partie des terres restantes un important et authentique programme de reboisement, laissant une grande place aux arbres fruitiers.

Il est certain que l'établissement de ces vergers "nationaux", libres d'accès à tous les citoyens, demanderait un temps considérable sans bénéfice social apparent. Et c'est ici qu'un gouvernement avisé devrait donner son assistance... s'il a vraiment à coeur le bien-être du pays et de ses citoyens ! 

On peut aussi évoquer le problème énergétique :
D'autres parties de ces terres restantes pourraient servir à planter - autour de centaines d'éoliennes - des végétaux à croissance rapide, formant ainsi une Biomasse qui alimenterait des centaines de petites centrales thermiques...
(Lire également cet article du grand Pionnier Michel Remy :
"Nous avons brûlé la Terre... et nous continuons !").



Oui, l'an 2000, qui marque l'entrée symbolique de l'humanité dans le troisième millénaire de l'ère chrétienne, peut vraiment apporter la concrétisation de ces grandes espérances d'un "Retour en Eden" qui peuplent nos rêves les plus divins :
Un immense potentiel alimentaire peut être atteint si nous utilisons plus efficacement cette Terre que Dieu nous a confiée.

De vastes zones, actuellement utilisées pour les élevages et les cultures non alimentaires comme le tabac et autres drogues pourvoyeuses de tares, maladies, dégénérescences, etc. (sans oublier ces cultures de céréales et de fruits faites principalement pour la fabrication de "boissons" alcoolisées) pourraient être utilisées pour des cultures alimentaires sur arbres.

Dans un premier temps, il serait judicieux que "l'Office National des Forêts" et tous les maires s'engagent à revaloriser les sentiers pédestres puis toute la forêt, en y plantant non seulement les habituels sapins et chênes, mais aussi des noyers et des châtaigniers, des cerisiers, des merisiers, des pommiers, des sorbiers, etc.
(A noter que la châtaigne fut beaucoup consommée par nos anciens, et que sa valeur nutritive n'a vraiment rien à envier à celle du blé !)

Outre le fait de présenter un meilleur rendement, les cultures arboricoles contribuent à un environnement plus pur par leur libération d'oxygène et créent un climat plus stable, du fait qu'elles offrent une protection contre les extrêmes climatiques !!!
Rien n'arrive jamais par hasard.
Et les catastrophes dites naturelles ne dérogent pas à cette loi :
Avalanches, inondations, tornades, raz de marée,... et même incendies de forêts, deviendraient beaucoup moins "catastrophiques" si l'homme, tout naturellement, plantait de vastes superficies d'arbres fruitiers... »





(extrait de "POUR LES ENFANTS DU MONDE ENTIER...")
(4 mai 2004)
Pour compléter utilement les quelques messages envoyés dernièrement sur le FORUM 2013... (NDD : Forum qui n'existe plus aujourd'hui, pulvérisé par le "rayon de la mort" de l'Empire !), consacrés à ce que l'on nous cache si bien en ce qui concerne tant notre économie nationale que l'économie mondiale (de la frappe de la monnaie... aux réelles causes des guerres (notamment la seconde guerre mondiale)...
Voiçi donc un nouvel extrait de ma désormais célèbre "Encyclopédie Non-Conformiste" :
« ............. Tous les politiciens et économistes "politicaly correct" nous rabâchent les oreilles avec les sommes que l'État ne peut malheureusement dépenser pour les travaux vraiment indispensables à la santé et le bien-être de tous les citoyens, tant de France, d'Europe, ou des pays du Tiers-monde. 
Ce genre de propos est purement immonde et criminel,... ou alors c'est de l'ignorance et de l'incompétence caractérisées !...
Qu'est-ce que c'est que cette politique économique stupide et inhumaine, ou le fric est plus important qu'une vie humaine, et où l'on préfère payer des chômeurs - à la charge eux aussi de l'État et de tous les citoyens contribuables - que des ouvriers oeuvrant à des "Grands Travaux" utiles à la communauté, à l'environnement, et aux générations futures, dans le respect des lois écologiques et humanistes ?!...

A quoi bon faire "l'E.N.A." si c'est pour en sortir encore plus stupide et ignare ?!...
J'exprimais déjà cela à mes copains quand je n'étais qu'un gamin, passionné d'Astronautique :
« Bien-sûr qu'il semble inhumain de dépenser des milliards pour construire des télescopes spatiaux qui risquent de ne pas fonctionner, pour des bases lunaires ou d'hypothétiques voyages humains sur Mars, ou pour tenter de contacter des extraterrestres, quand on voit toute la misère des populations terrestres....
Mais pensez donc que ces milliards de dollars qui paraissent s'envoler dans tel ou tel engin spatial ne s'envolent pas en réalité avec cet engin.
Car cet engin ne représente rien d'autre que la somme de travail formidable de nombreux ouvriers, techniciens, scientifiques, chercheurs et enseignants. Tous ces gens ont donc gagné leur salaire honnêtement, et tous ces gens sont bien-sûr eux aussi des consommateurs.
Ce qui s'envole donc dans l'espace, - même si ça explose trop tôt (!) -, n'est donc pas un "engin spatial", mais :
"Un rouage de l'activité économique de la société humaine" !
Car en faisant gagner de l'argent à tous ces travailleurs, ceux-ci ont fait travailler les artisans, les commerçants, les industriels, qui eux-mêmes, en travaillant, ont pu employer à leur tour, et devenir également de "bons consommateurs" !... »

Refaire tous les bâtiments en amiante, loin d'être un boulet pour l'économie nationale, une "charge pour l'État et les collectivités locales", serait bien au contraire une bouffée d"oxygène pour l"activité économique de la nation (et plus tolérable que le commerce des armes et des drogues !), permettant une reprise saine de l'activité artisanale. Et l'on pourrait aussi lancer d'autres grands travaux "socio-écologiquement responsables", comme par exemple le remplacement progressif de ces aberrations que sont les centrales nucléaires, par la mise en place de toutes les sources d'énergies renouvelables et non polluantes (signifiant bien-sûr la fin du monopole d'EDF, l'une des industries les plus criminelles et meurtrières de toute l'histoire humaine), la construction de grandes zones piétonnes et de pistes cyclables abritées dans les métropoles, le remplacement des voitures polluantes par des véhicules équipés de moteurs à eau, de moteurs solaires, voire de moteurs à énergie "Tachyon" (!),... Et il y aurait encore une multitude de domaines où l'activité humaine pourrait s'exercer fébrilement sans nuire à l'homme, aux animaux et à la planète !...


Depuis déjà de nombreuses années, Isaac Asimov nous avait offert d'autres suggestions importantes dans sa magnifique nouvelle - dite de science fiction - : "Trombes d'eau", dont je conseille chaleureusement la lecture, car, au-delà des propos scientifiques et des extrapolations technologiques, c'est surtout à une magistrale et enthousiaste leçon d'humanisme, de sagesse, d'intelligence et d'optimisme, à laquelle on participe !...

Selon de récents films diffusés à la Géode ("Cité des sciences de la Villette" à Paris), la science spatiale a la prétention de rendre habitable des planètes "hostiles" ; On assistait à cette occasion à une époustouflante transformation de Mars en une planète verdoyante, emplie d'une vie abondante et harmonieuse !...
Pourquoi ne pas commencer d'abord par notre propre planète ?!...

Autant en faire la démonstration avec notre bonne vieille Terre si maltraitée.
Et je pense que malgré l'optimisme débridée et quelque peu arrogant de nos grands ingénieurs, nous avons encore du pain sur la planche.
Le fameux projet "Biosphère 2", qui avait l'ambition de recréer un écosystème terrestre miniature, n'a t'il pas lamentablement échoué ?!...

Faire rêver une populace complètement aveuglée par de la désinformation et mésinformation tout azimuth, c'est bien... mais ce serait mieux encore d'en donner des preuves concrètes : qu'attend-t-on pour faire déjà de nos déserts des plaines verdoyantes et propices aux cultures fruitières et céréalières ?!... (Les remarquables travaux de Pierre Rabhi ont démontré que cela était possible, pourvu qu'il y ai vraiment une volonté politique)

Actuellement, non seulement les déserts s'accroissent à une vitesse phénoménale tandis que les forêts déclinent tout aussi vite (mais notre bien-aimée société industrielle profite de ces grandes étendues pour y entasser ses déchets chimiques et nucléaires).
Pourtant, sait-on bien que sous la sècheresse apparente de ces grands déserts de sable se trouvent de vastes réserves d'eau, des centaines et des centaines de millions de mètres cubes d'eau ? En 1988 par exemple, la Tunisie en avait extraite de son sous-sol 500 millions, de quoi irriguer 18.000 hectares.
Oui, mais voilà, on dit que cela revient énormément cher, au moins autant que de désaliniser l'eau de mer (en fait, aussi bien sinon mieux que "l'eau minérale", la boisson idéale est belle et bien : "l'eau de mer", ramenée à l'isotonie, en harmonie parfaite avec notre milieu intérieur !!!)

Qu'est-ce qui est donc si cher ?
D'éviter de faire mourrir de déshydratation des populations entière ?
De payer les salaires de tout ces ouvriers, maitres d'oeuvre, techniciens, approvisionneurs, artisans, commerçants, etc. qui sont nécessaires à l'élaboration de ces Grands Travaux ?
Préfèrerait-on avoir des chômeurs d'un côté, des gens qui se sentent inutiles, qui ne peuvent faire vivre décemment leur famille, qui risquent de devenir des "SDF", des exclus, des délinquants ou des terroristes,... et de l'autre côté des miséreux qui se meurt de faim, de soif et de maladies, tout ça parce que cela "revient trop cher" de réaliser les travaux indispensables ?!... De qui se moque-t-on ???!!!...

On pourrait aussi intensifier la recherche astronautique, afin de pouvoir, sans le moindre danger d'explosion des engins spatiaux (comme avec la navette spatiale où périrent 7 astronautes, ou "Apollo 1" en 1967, où périrent là 3 astronautes), envoyer tout nos déchets nucléaires - et autres aussi dangereux - dans le soleil, ou même dans Jupiter, encore plus chaude paraît-il, selon la sonde bourrée de technologie que nous y avons envoyé se faire consumer !!!... Il existe d'ailleurs le fascinant et pharaonique "projet Alpha", une extraordinaire station orbitale internationale, qui compte ouvrir ses portes aux aventuriers du cosmos en l'an 2002 (!?) ...
Mais des "Économistes" en délire protestent : 300 ou 500 milliards de francs pour une station spatiale c'est trop cher !...
(?!)
Traduction :
Il faut absolument limiter au maximum les échanges commerciaux, conserver nos chers chômeurs, ne surtout pas se lancer dans un projet digne des plus hautes aspirations humaines, et qui pourrait en même temps relancer la vie socio-économique de plusieurs nations !...

Car ne l'oublions pas : ces 300 ou 500 milliards, nécessaires à la construction d'Alpha, ne s'envoleront pas dans l'espace avec elle.
Même si ce projet merveilleux s'avérait un échec total, les 300 à 500 milliards circuleront déjà dans les nombreux rouages de la vie quotidienne de tous les citoyens de la Terre !...

Et que dire encore de tout ces autres projets, authentiques et tout aussi merveilleux, de "cités sous-marines", "villes flottantes", etc. ?!...





J'ai lu dans le dernier "Science et Vie" de Décembre 1995... qu'à cause du "projet Alpha" (NDD : Projet qui était déjà une version "moins chère" de l'ambitieux projet de Station Orbitale Internationale "Freedom" (!) (Voir "http://fr.wikipedia.org/wiki/Station_spatiale_internationale"))), on gelait les autres budgets de projets pourtant tous aussi importants, comme par exemple celui de "l'exploration astronomique et planétologique" de l'ESA, l'Agence Spatiale Européenne....


Ainsi, au lieu de profiter de cet optimiste et ambitieux projet pour relancer la production (avec éventuellement le lancement en parallèle d'une "monnaie orthosophique", du genre de celle inventée par Silvio Gesell : "la monnaie franche" - ou "monnaie fécondante" -, avec également cet ingénieux système des "tickets d'échange", déjà mis en place dans plusieurs communautés à divers endroits du monde,... dont en France !!!...), l'emploi, le moral des citoyens, la joie de vivre, et donc : la consommation, et une saine et durable reprise économique, ou chacun, même le plus humble, aura l'impression de participer à une magnifique aventure humaine, ........
Ainsi donc, au lieu de tout cela, on continue à s'embourber plus profondément encore dans le paradoxe, la bêtise, et le nombrilisme forcené :
« Certains fonctionnaires du "Centre National d'Études Spatiales" ont défilé par centaines à Toulouse pour dénoncer le programme"Alpha" comme un choix "suicidaire" pour l'activité spatiale et ses 30.000 salariés (...) Ces trois prochaines années, l'ESA devra réduire ses activités générales de 12% et se séparer de 500 des 3.500 personnes qu'elle emploie ! »
(NDD : Tiens donc, je croyais justement que la tâche majeure de nos politiciens élus - complètement corrompus par le lobby militaro-nucléaire -, était de réduire le chômage. Ce n'est pas ainsi qu'ils y arriveront, à moins de continuer à manipuler allègrement les chiffres et les statistiques, comme le dénonçait encore ce même numéro de "Science et Vie" !!!)

« Victime également, le programme scientifique - télescopes spatiaux et sondes - qui verra son budget diminué de 9 à 14% pendant les trois à cinq prochaines années !... »


Pour ajouter encore un petit exemple au comportement ubuesque de notre société, on parle de faire des économies.
Bon, c'est bien, j'ai moi-même horreur du gaspillage, et je suis immédiatement en colère quand je vois des ampoules illuminées inutilement ou abusivement (ce qui m'a souvent valu des "grognements" et autres éructations de la part de ces gaspilleurs à qui j'en faisais le reproche. Mais que voulez-vous, dans une société où l'électricité est à 75% cancérigène, toxique, polluante et destructive, je ne supporte pas l'irresponsabilité et l'inconscience obstinée)...
Bref, l'économie est une très bonne chose. A tel point que l'Élysée est décidé à faire des efforts.
Génial dirions-nous, mais quelles sortes d'économies ?
Ah oui, ils vont... réduire le nombre de leurs collaborateurs, qui iront donc au chômage, ou prendront des places que d'autres auraient pu avoir, et c'est donc ceux-là qui se retrouveront sans emplois, à moins qu'ils se recyclent dans un autre travail, ce qui dans ce cas ne fera que déplacer le problème, en prenant la place à d'autres !...

Bref, ce n'est pas là qu'il faut chercher à économiser.
Par exemple, pourquoi la mafia électro-nucléaire, au lieu de dépenser des sommes fabuleuses à faire de la propagande publicitaire pour nous convaincre que le nucléaire doit se consommer comme les plus inoffensives des tartes aux pommes, n'aiderait pas plutôt tous les citoyens du pays à investir dans ces très chères ampoules à consommation d'énergie 10 fois moindre, et à la durée de vie beaucoup plus longue ?!...
Moi, je suis toujours financièrement dans le rouge, mais j'ai pourtant équipé tout mon appartement de ces ampoules, à mes frais !...
Combien de centrales nucléaires seraient évitables si tous les citoyens devenaient enfin responsables !!!...

Dans son intéressant ouvrage "Et si nous pensions autrement la vie ?", Christian Boiron pense qu'il vaut mieux "Oeuvrer pour" que "Lutter contre" ; Ainsi, pour tout individu qui veut vivre une vie utile et responsable, consciente et respectueuse du monde qui l'entoure et lui a donné naissance...
(C'est ce qu'Isaac Asimov appellerait "justifier son existence", comme en témoigne ses sublimes écrits policiers de la série des "veufs noirs")
Il ne s'agit donc pas de lutter CONTRE la vivisection, ou CONTRE la chasse, ou CONTRE l'industrie carnée, ou CONTRE l'industrie du tabac, ou CONTRE l'industrie chimico-pharmaceutique, ou CONTRE n'importe quelle autre mafia... Il s'agit plutôt d'oeuvrer POUR informer les êtres humains des vraies voies de la santé, de la paix, et de "l'élévation spirituell" !...
(Voir également le superbe message de la si sublime série "Code Quantum", lors de l'épisode : "Libération des femmes", diffusé par M6 le Jeudi 2 Mai 1996.
(NDD. Et récemment sur la chaîne TNT gratuite "France 4" le 26 août 2011 (http://www.playtv.fr/programme/169603-code-quantum.html)...))

Comme je l'évoquais déjà au sujet des empoisonneurs et calomniateurs de tout poil :"respectons leur propre choix de vie qui est de dénigrer, au lieu de rechercher le meilleur en chaque être humain". Ceux-là auront le karma qu'ils méritent, s'en prendre à eux est donc vain et futile, d'autant plus que la plupart d'entre eux le font avec sincérité et sans méchanceté, aveuglés qu'ils sont par leurs propres ignorances, croyances et convictions. N'oublions pas en outre que la grande "Conscience Universelle" nous jugera plus sur l'intention de nos actes, que sur leurs conséquences.
Il s'agit donc de vivre "sincèrement, et en tout conscience", de modifier notre propre comportement individuel afin de ne plus accréditer ces industries de la mort et de la dégénérescence (et puis, ce qui fait leur puissance, c'est l'argent qu'ils récoltent par leurs commerces immondes, si l'argent ne rentre plus - parce que les consommateurs deviennent enfin responsables d'eux-mêmes -, c'est tout leur empire qui implose !!!)...
==> Le grand Ambroise Paré lui-même, malgré sa solide argumentation, n'avait pas réussi à faire cesser l'odieux commerce de "mummie" (voir sur Culture Net 2013, le message n°114 "LE RETOUR DE LA MUMMIE"), il ne s'est effondré que par une plus sévère taxation de ce commerce... et finalement le désintéressement des consommateurs !
C'est d'ailleurs ce que nous expliquait le grand humoriste-humaniste Coluche :
« Si on ne l'achetait plus, ça ne se vendrait plus !... »


(Quelques liens intéressants sur le problème de notre actuelle "Crise financière" :
- « La vraie question serait :
"Est il légitime qu’un État emprunte, moyennant intérêts, de l’argent à des banques... Sachant que celles ci ne l’ont pas et vont le créer ex nihilo" ?... »


- http://stefouxxx.wordpress.com/2011/09/02/la-fin-des-bancosaures/


- « Nous refusons que la finance soit une arme qui broie les peuples au profit des plus riches... Les organismes financiers doivent être au service de la vie sociale et de l’économie, et non l’inverse ! »
- « Les Trobriandais ont 2000 ans d’avance sur nous ! »


« ... Les dinosaures qui se combattent entre eux, c'est la révolution.
Les dinosaures qui se transforment en aigles, c'est l'évolution. 
C'est bien sympa tout ça. Et plus proche de nous, ça donne quoi ?
Une banque qui spécule contre un état. C'est la révolution.
Une banque qui devient en conscience, le facteur d'un développement humain, culturel et technologique d'un pays entier.
C'est peut être de l'évolution... »




Comme je l'écrivais encore dans cet article du 4 mai 2004 : "ÉCONOMIE.... et réalités ! (2)"
(extrait de "POUR LES ENFANTS DU MONDE ENTIER...") :

Que ces paroles, vibrantes de vérité et d'humanisme du Prix Nobel de Médecine Alexis Carrel (1912) puissent résonner en nos consciences :
« Ce monde sera ce que nous en ferons, et l'avenir sera ce que nous serons nous-même.
La sagesse n'est pas de vivre pour ne rien faire, pour s'amuser stupidement, pour gagner de l'argent, pour avoir une retraite ; c'est de vivre héroïquement.
Chacun a l'obligation de contribuer au progrès du groupe social qui fournira à ses descendants le milieu où ils se développeront.
Pour préparer la société de demain, il faut avant tout l'effort sincère, persistant, obstiné, de comprendre les événements qui se passent autour de nous, non seulement dans notre village, dans notre ville, mais aussi dans la nation et dans le monde.
Il n'est permis à personne de s'isoler complètement en lui-même, dans sa famille, dans sa spécialité ; car celui qui ne prend pas une part active à la vie collective, surtout aux époques de grande crise, manque à son devoir envers ses descendants ! (...)
Le rôle de la société est de fournir à chaque individu le milieu matériel et mental propre à satisfaire ses besoins fondamentaux ; car la satisfaction de ces besoins est indispensable au développement optimum de la personnalité. Et le but de la société est de produire des personnes parfaites, comme celui de chaque individu doit être de contribuer à former une société parfaite » ...



Dans son livre "Entre la haine et l'amour", Martin Gray évoque ces deux milliards et demi de dollars qui, selon l'O.M.S. "suffiraient à soulager les souffrances de l'humanité"... :
« Qu'est-ce donc en regard des 663 milliards de dollars de dépenses militaires annuelles ?
Ou des 300 milliards de dollars que représente le commerce de la drogue ?... »

Si les choses en sont là, c'est que nos gouvernements participent plus ou moins à ces trafics, et donc, par extension, nous, ses citoyens-électeurs !... 
Deux milliards et demi de dollars selon l'O.M.S. pour soulager les souffrances de l'humanité...
Quoique cette somme ne contribuerait entre ses mains qu'à accentuer les souffrances et les problèmes, puisque apparemment il ne s'agirait dans son programme que d'intensifier les vaccins, antibiotiques, vitamines de synthèse et autres médicaments chimiques, dont les bénéfices satisferaient plutôt les intérêts de l'industrie chimico-pharmaceutique, que le potentiel de santé de la population sous-alimentée et vivant dans des conditions sanitaires parfois effarantes, contraintes même à boire de l'eau viciée, polluée d'ailleurs par nos industries occidentales ou nos déchets chimiques et radioactifs que nous leur imposons !!!...

Lors d'un discours sur "la population et le développement" (le 11 Mai 1993 à New-York), Jacques-Yves Cousteau a clairement exprimé que : « Nos pays développés acquièrent à très bas prix dans les pays pauvres les matières premières destinées à alimenter leurs industries. Ils vendent à des prix très élevés à ces mêmes pays moins favorisés les produits manufacturés avec ces matériaux essentiels, ce qui explique que les riches s'enrichissent et que les communautés humaines pauvres ne cessent de s'appauvrir. En 1991, la balance des paiement entre les possédants et les dépossédés a atteint 20 milliards de dollars, qui sont passés des pauvres aux riches !!! »

Vingt milliards de dollars... qui sont passés des pays pauvres... aux pays riches !!!
Dans son allocution, Jacques-Yves Cousteau annonçait aussi des chiffres et des projets moins fantaisistes et hypocrites que ceux de l'O.M.S. (cités précédemment) :
- « Le premier acte consiste à procurer de l'eau potable à tous les habitants de cette terre (...)
Il nous faut pour cela 20 milliards de dollars par an pendant cinq ans » (NDD. Ces 20 milliards devant bien-sûr servir aux salaires de tous ceux qui y travailleront, directement et indirectement. Ce qui contribuera efficacement, et surtout constructivement, à lutter en même temps contre le chômage et l'exclusion, qui sont, soi-disant, l'objectif premier de tous nos politiciens !)
- « Le deuxième acte (...) c'est de bâtir de nouvelles écoles (...) pour cela, on estime qu'il faut 40 milliards de dollars par an » (Là encore, quelle utilisation formidable de cette somme, qui relancera ainsi, de manière positive et utile à la communauté humaine, le secteur des travailleurs du Bâtiment : Maçons, tailleurs de pierre, Charpentiers, Couvreurs, Menuisiers, etc.)
- « Enfin, une des principales raisons de la surpopulation (...) est le fait que les parents veulent beaucoup d'enfants pour soutenir leur vieillesse. (...)
Pour créer un système de pensions de vieillesse modulé en fonction du PNB, Il faudrait 200 milliards de dollars la première année, coût qui croîtrait d'année en année pour atteindre 400 milliards de dollars par an (...)

Où allons-nous trouver ces sommes colossales ?
Il n'y a que deux domaines possibles, qui concernent l'un et l'autre des activités parasitaires de l'humanité, parasitaires parce qu'elles ne contribuent en rien au bien-être des gens. Je parle du commerce de la drogue et des dépenses militaires.
Chaque année dans le monde, les armées dépensent environ 1000 milliards de dollars.
Le tiers de cette somme suffirait pratiquement à résoudre notre problème.
Quant au commerce de la drogue, il atteint 800 milliards de dollars par an !... »







Les armées dépensent ainsi, selon les sources de Jacques-Yves Cousteau : 1000 milliards de dollars par an !
Quoi de plus normal, quand on sait que le "nouvel ordre mondial", imposé - souvent militairement - par la "démocratie" américaine, est celui du Capitalisme, dont Jean Jaurès, baptisé par le peuple "l'Apôtre de la paix", disait déjà vers 1910 : « Le capitalisme porte en lui la guerre, comme la nuée porte l'orage ! »
Mais Jean Jaurès, s'il avait eu le courage de clamer cette idée, n'en était certes pas l'initiateur, avant lui, il y avait eu Karl Marx en 1848, et encore avant Hegel en 1835, et dont leurs prévisions sur les inévitables impasses finales de l'Économie concurrentielle sont aujourd'hui en pleines réalisations concrètes !...
(Ce qui est fort consternant, c'est que les généreuses intentions du marxisme et du communisme, avaient véhiculé en même temps des notions anti-chrétiennes à outrance, ce qui fait qu'aujourd'hui encore, on ne sait pas trop si les conflits opposaient surtout "capitalistes contre communistes" ou "communistes contre chrétiens"... ce qui est d'autant plus navrant que le christiannisme était aussi anti-capitaliste, au même titre d'ailleurs que l'islamisme, qui de son côté était également entré en conflit avec le christianisme et le communisme (communisme qui était à l'origine une idéologie du christianisme !)...

Bref, c'était une période extrêmement délirante et agressive - comme on le retrouve aussi de nos jours malheureusement -, ou chacun voyait un ennemi dans celui qui aurait pu être son allié !...

C'est peut-être cela qui a fait dire à certains : « le communisme est une bonne question, mais une mauvaise réponse » !... (Je reparlerais de cela plus tard. Au fait, saviez vous que ce n'est même pas Karl Marx qui a "inventé" le communisme, ni même le marxisme ? Il existait déjà dans des ouvrages des siècles précédents : toujours cependant avec la même idée directrice : un monde harmonieux, débarrassé de la plaie du "Capitalisme", c'est à dire du "culte du veau d'or"))


En complément aux suggestions de Jacques-Yves Cousteau - pour lutter humainement, et respectueusement des libertés individuelles - contre la surpopulation, voici encore le témoignage d'un autre "spécialiste", Michel Tavernier, qui, dans le "Biocontact" de Décembre 1993, nous apporte une bouffée d'AIRE ("Atelier International de Recherches Écosophiques" (étymologiquement, "l'écosophie" signifie "Sagesse", dans la gestion de "l'habitat" Terre), qui compterait dans son Conseil d'Ethique vingt sommités de la pensée, de l'écriture, du savoir et de l'action, toutes ces sommités, selon Michel Tavernier, "ayant une intégrité rare de nos jours") :
« Imaginez un monde où les dix dizièmes de l'humanité vivraient bien, en respectant leurs semblables et leur Terre qui, rappelons-le, leur fournit tout le nécessaire pour vivre...

Utopique, penserez-vous ?
Mais qui croyait, en 1960, aux propos de J.F. Kennedy : "Avant dix ans sur la lune" ?...
Neuf ans après, Neil Armstrong foulait ce sol mythique !
Et c'était, techniquement, psychologiquement, et surtout humainement, bien plus difficile que d'utiliser une technique monétaire simple : une monnaie "fondante", qui fertilise, sans faille, l'économie ; et dont les bénéficiaires comprendraient la nécessité, à la fois individuelle et collective, de n'utiliser que des matières et des démarches non nuisibles à la Terre et à tous ses enfants.
Avec, comme ultime conséquence, l'arrêt de l'explosion démographique qui menace notre espèce à moyen terme.
En effet, la croissance démographique cesse toujours dès l'accès des populations à une vie matérielle normale, confortable.
Cette utopie vous paraît-elle finalement pas si folle que ça ?
Moins folle, n'est-il pas vrai, que de polluer et gaspiller notre unique source de vie et de dépenser plus de la moitié de nos énergies à nous faire des guerres familiales, sociales, économiques, religieuses ou militaires !... »


Et comment ne pas rappeler aussi ici l'éditorial du candidat de l'ALLIANCE ÉCOLOGISTE INDÉPENDANTE aux élections présidentielles Jean-Marc Governatori :

« Je n’ai pas l’habitude d’intervenir dans les dossiers politico-économiques en cours.
En effet, les décisions et incantations si souvent étonnantes et malvenues des gouvernants, les vociférations des opposants politiques sont si pitoyables et sans appel, que les commenter me parait inutile. Comme leurs résultats sur la trajectoire sociétale.

Mais la crise financière planétaire d’aujourd’hui, ses conséquences et les réactions des uns et des autres me contraignent à rappeler que ceux qu’on entend le plus, disposent de grands pouvoirs depuis le siècle dernier.  
Ils ne peuvent pas découvrir aujourd’hui les résultats d’un libéralisme perverti !  
Le b.a.-ba c’est ceci :

-  Les plus grandes économies mondiales qui fonctionnent sur des déficits colossaux permanents, fabriquent forcément tôt ou tard des impasses financières pour tous.

- L’obsession de croissance et de profits est incompatible avec des comptes sains. 

- Des consommateurs dépourvus de discernement qui dépensent tant pour le superflu, souvent au-delà de leurs moyens, contribuent forcément à ces impasses. 

- Une santé publique à ce point méprisée, et qui est de fait le premier poste de dépenses collectif, plombe forcément les comptes publics (200 milliards d’euros prévus en 2008 pour notre pays).

- Une éducation qui n’en porte que le nom conduit à ces désastres.

- Un budget militaire, exemple type de la dépense passive, représentant au niveau planétaire 100 milliards de dollars par mois, grève forcément les budgets de tous.

- Les paradis fiscaux par où transite près de la moitié des flux financiers mondiaux, causent forcément des ravages dans les comptes publics.

- Une économie mondiale qui a fait le choix du pétrole et sa dépendance sur un prix qui augmente de 100 % en un an, a préparé une bombe à retardement qui a explosé.

- Le ravage des terres, des eaux, des énergies, de l’air et des mentalités produit des déficits de masse.

- Le règne de l’irrespect et de l’irresponsabilité génère le règne des problèmes lourds.

Tout cela dépend simplement de décisions politiques. 
Par exemple, l’Union européenne peut exiger de ses banques qu’elles n’acceptent aucun transit financier par un paradis fiscal.
Notre Président a été élu haut la main, en montrant clairement sa passion pour un libéralisme total et heureusement G. Bush n’a pas droit à un 3e mandat !
Bref, il suffit d’appliquer nos propositions, commencer par un véritable examen de l’utilisation des fonds publics et suivre nos 5 axes.
Notre projet de société est clair, cohérent, réaliste et surtout incontournable.
Leur langage, « Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué » se traduit par « Pourquoi faire bien quand on peut faire faillite »…
Je note que les pouvoirs politiques envisagent de trouver rapidement des centaines de milliards pour la crise financière. Pourtant, ils veulent ignorer que 20 milliards d’euros par an, pendant 5 ans, suffiraient à résoudre le problème d’un milliard de personnes qui ont faim chaque jour… (Source FAO).

A vous de voir.
Regarder... ou agir avec nous !
Meilleur Gestionnaire de France 1991 et 1997 »

(Éditorial de "LA FRANCE EN ACTION", daté du 5 octobre 2008)




Voici quelques édifiantes informations complémentaires, que je cite d'une vieille brochure de Michel Tavernier, délégué général de L'AIRE ("l'Association Internationale pour la Rénovation de l'Économie" et pour "le Soutien de l'Écosophie") :
« Il y a deux siècles déjà, en raison des effets pervers de certains systèmes monétaires et du respect de la confidentialité des tractations dans les sphères supérieures du pouvoir, les banquiers pouvaient contribuer à la paupérisation de populations entières, sans s'en sentir responsables (...)
Par deux fois en Amérique du Nord, en 1751 et 1862, la preuve fut administrée aux yeux de tous de l'effet paupérisant de la prise d'intérêt sur les opérations d'émission de Monnaie (ceci dans les deux sens : de la prospérité vers la ruine, et de la ruine vers la prospérité) :
1. Premier constat :
Parlant en 1750, lors d'une mission en Angleterre, de la situation économique de son pays, la "Nouvelle Angleterre", colonie anglaise, Benjamin Franklin pouvait affirmer à ses hôtes : "Contrairement à votre situation, il n'y a pas un seul chômeur, mendiant ou vagabond en Nouvelle Angleterre. Cela grâce à l'émission sans intérêt dans nos 13 colonies de monnaie de papier ; ce qui permet de contrôler le pouvoir d'achat en circulation, et n'engendre pas de dette publique"...
Ces paroles alertèrent les banquiers anglais ; aussi firent-ils adopter en 1751 par le Parlement britannique une loi interdisant aux colonies de se servir de leur monnaie de papier ("scrip'').
Une année après promulgation de cette loi, Benjamin Franklin rapporte que les rues des villes de son pays étaient envahies de chômeurs et de mendiants, tout comme en Angleterre.
Il verra dans la Pauvreté ainsi causée la "vraie" cause de la "guerre de la révolution" (d'indépendance). 

La raréfaction et le renchérissement de la monnaie ont suffi à anémier soudain une économie prospère ; tout comme l'hémorragie affaiblit gravement le corps humain !... Cette situation dura jusqu'en 1862 à part quelques répits de courte durée dûs à l'énergie de Présidents courageux, cependant vite obligés de céder à l'énorme pression du lobby bancaire.


2. Deuxième constat :
Fin 1862, le Président des États du Nord, Abraham Lincoln, avait besoin de 449 Millions de dollars pour continuer la lutte contre les États du Sud.
Devant la proposition des banques de les lui prêter à 30 % d"intérêt, Lincoln recourut à l'art. 1 de la constitution, stipulant : "Le Congrès a le pouvoir de frapper l'argent". Il fit voter par le Congrès l'émission de 449.000 000 $ à dos vert ("green-backs").
Non seulement le Nord gagna la guerre de Sécession, mais l'agriculture et l'industrie des Nordistes se remirent immédiatement à prospérer.
Aussi, lors de sa campagne pour sa réélection en 1864, Lincoln annonça son intention de ne plus se laisser intimider par les banques.
Toujours est-il que, début 1865, faute d'avoir pu faire céder Lincoln, le porte-parole des banquiers de la Cité londonienne, Lord Goschen, publia dans le "London Times", au début de 1865, un article dont voici un extrait dénué de toute ambiguïté :
"Si cette malveillante politique financière de Lincoln (sic !), devait perdurer pour de bon, alors ce gouvernement fournira sa propre monnaie sans frais.
Il sera sans aucune dette. Il aura tout l'argent nécessaire pour mener son commerce. Il deviendra prospère à un niveau sans précédent dans toute l'histoire de la civilisation. Ce gouvernement doit être détruit" (*) (...)

Le dilemme est maintenant clair en termes modernes, éclairés par les progrès de la logique formelle et de la conscience universelle. Il nous faut choisir entre :
- soit laisser mourir de faim ou de maladies des millions d'êtres humains, en raison du maintien du privilège de fait des banques.
- Soit permettre à ces millions de pauvres d'accéder à un niveau de vie décent, au risque de contraindre les banques à trouver d'autres sources de revenus !... »


(*) Comme John Kennedy un siècle plus tard, Abraham Lincoln fut assassiné le 14 Avril 1865, et les banquiers récupérèrent ainsi leur exorbitant privilège, qu'ils ont toujours gardé depuis !!!...
Et je découvrais justement - quelques 20 mois plus tard -, dans l'ouvrage publié par les Éditions FÉLIX, "Le Livre Jaune n°5" (un ouvrage certes peu crédible sur bien des points... mais malheureusement exact sur bien d'autres (!) :
« Les systèmes bancaires, qui accordent un prêt à un pays belligérant ont tout intérêt à ce que la guerre ne prenne pas fin trop vite (...)
Il nous est apparu très important de vous rapporter ce qui suit afin que vous sachiez que nous compatissons énormément avec nos frères juifs, qui sont manipulés par de grandes puissances occultes autant que nos frères goys.
Ces puissances sont certes "Juives", mais il ne faut pas tout confondre. Vous comprendrez toutes les nuances à connaître quand on parle de la manipulation "Juive"... (NDD. Le scandale du "Système Madoff" n'avait pas encore éclaté à l'époque... Mais il faut savoir que ce scandaleux système est sensiblement le même que celui qui régit la "FINANCE MONDIALE" (!)) (...)
Il faut savoir aussi que probablement 90% des francs-maçons d'aujourd'hui n'ont pas la moindre idée de ce que leurs supérieurs, imbriqués dans le réseau des "illuminati", peuvent bien manigancer. Les francs-maçons- dans lesquels on retrouve nombre de nos actuels hommes politiques, dits "de droite" comme "de gauche" -, comme beaucoup d'autres organisations, ne sont qu'une couverture qui permet aux "Illuminati" d'accroître leur influence (...) Ces créatures sans conscience se servent des chrétiens comme des juifs, des fascistes comme des communistes, des sionistes comme des mormons, des athées comme des satanistes, des pauvres comme des riches, de... tous ! Mais elles se servent surtout des ignorants, des paresseux, de ceux qui se désintéressent de la vie et de ceux qui n'ont pas d'esprit critique... »

(Dans cet ouvrage, on apprenait aussi que Adam Weishaupt et son Ordre lié aux Illuminati Juifs, "Les Illuminés de Bavière", "utilisait la corruption par l'argent et le sexe, pour contrôler les personnes haut placées" (NDD. Mais non mais non, toute ressemblance avec l'affaire DSK ne serait que pure coïncidence voyons ! Qu'allez-vous donc déjà imaginer viles esprits complotistes !!! :oD) (!)...

Une fois de plus, on se rend compte que rien n'arrive par hasard, et que, comme je l'expliquais déjà dans un autre article encore plus remarquable et édifiant, "De l'origine des maladies" :
« Le parasite ne peut parasiter que ce qui est parasitable.
On a les maîtres que l'on mérite (...)
Les germes, quelqu'ils soient, ne peuvent proliférer que sur un terrain propice, lorsque le système immunitaire a été préalablement affaibli, perturbé par le comportement insensé et irresponsable du propriétaire "des lieux" (...)
Les germes recherchent leur habitat naturel sans être eux-mêmes la cause de la maladie du tissu (...)
Il est vrai qu'il existe une similitude entre les processus collectifs et les processus individuels touchant à l'homme (...) Ainsi, dans notre pays de 50 millions d'hommes, tout se passe comme dans le corps humain composé de milliards de cellules ! (...)

Outre cet aspect social, dû à une société ne vivant que par, et pour, le capitalisme, où se retrouvent impitoyablement exclus et méprisés ceux qui ne possèdent pas assez de fric, il en est un autre, aussi important, lié, lui, à la perversité et à la débauche :
Al Capone, l'infâme gangster de la prohibition (1920-1933), affirmait n'être "qu'un chef d'entreprise qui obéissait à la loi... de l'offre et de la demande"... 
Un avocat du plus puissant syndicat yakuza a eu ces mots : "On ne peut nier qu'en matière de drogue, de jeu et de sexe la demande est forte"...
Cette demande nourrit le crime organisé. Bien que personne ne souhaite en être victime, certains se tournent vers les organisations criminelles pour bénéficier de leurs services ; Et en bon "univers hologramme" qui se respecte, où "tout est en tout", on retrouve bien-sûr cet aspect social macroscopique dans l'aspect organique microscopique :
Pour assouvir leurs bas plaisirs gustatifs, les gens ingurgitent viandes, sucreries, coca-cola, boissons alcoolisées, tabac,... et ils se plaignent ensuite de "tomber malade" et d'être la proie de criminelles organisations de microbes, virus, prions, etc.,... alors qu'ils leurs payent seulement, là aussi, leur : "racket de protection" ! (...)
Toute société n'a que les crimes qu'elle mérite (...)
C'est notre société qui fabrique ses propres assassins et ses meurtres, ses propres médicaments pathogènes et ses maladies, ses propres armes et ses guerres ! (...)
Comme nous l'enseignait déjà Bouddha, il y a bien longtemps :
"Ni dans l'air, ni au milieu de l'océan, ni dans les profondeurs des montagnes, ni en aucune partie de ce vaste monde, il n'existe de lieu où l'être humain puisse échapper aux conséquences de ses actes !...") 


En conclusion de ces succinctes considérations économiques, je glisserais ici les propos que tenait en 1935, bien avant l'aggravation actuelle du milieu social, l'admirable Docteur et Prix Nobel Alexis Carrel ("l'Homme, cet Inconnu") :
« Le milieu social ignore le sens moral de façon complète. En fait il l'a supprimé. Il inspire à tous l'irresponsabilité.
Ceux qui distinguent le bien et le mal, qui travaillent, qui sont prévoyants, restent pauvres et sont considérés comme des êtres inférieurs. Souvent, ils sont sévèrement punis. La femme qui a plusieurs enfants et s'occupe de leur éducation au lieu de sa propre carrière, acquiert la réputation d'être faible d'esprit.
Si un homme a économisé un peu d'argent pour sa femme et l'Éducation de ses enfants, cet argent lui est volé par des financiers entreprenants.
Ou bien il lui est enlevé par le gouvernement et distribué à ceux que leur imprévoyance et celle des industriels, des banquiers et des économistes ont réduit à la misère !... »

Et ceux que tenait en 1978, dans son excellent ouvrage "Tu vivras 100 ans", le non moins admirable Henri-Charles Geffroy (Et dont on peut aujourd'hui obtenir toute information utile auprès de sa petite-fille Marie-Lise Geffroy, présidente-fondatrice de "l'Association des Guides de la Nature, de la Vie et de la Santé") :
« Il est évident qu'une société reposant sur des principes purement matériels, basée sur le seul profit et supprimant purement et simplement toute morale, ne peut plus retourner en arrière du fait que ses dirigeants n'ont pas le désir de revenir à des idées plus saines, pour l'excellente raison qu'ils sont les premiers à profiter de la situation, ayant eux-mêmes perdu la notion du bien et du mal.
Par ailleurs, la politique étant devenue uniquement un moyen de gagner de l'argent, ceux qui en font profession l'exploitent comme une entreprise industrielle, en investissant des sommes considérables en frais de campagne électorale, avec l'espoir de les récupérer très largement une fois en place. Ce système conduit automatiquement les candidats à se faire commanditer par de puissants groupes politico-financiers dont ils deviennent les valets, une fois au pouvoir...


[ C'est ce qu'on a pu voir avec le nouveau "Président de la république française" Jacques Chirac, qui, aussitôt élu, s'est empressé de remercier notre industrie de la mort en lui offrant l'occasion de s'amuser avec huit autres essais nucléaires, en dépit des protestations des meilleurs scientifiques du pays spécialisés dans ce domaine :
Il y a le G.S.I.E.N. bien-sûr, avec son énergique présidente la physicienne Monique Séné, qui s'ingurge contre ces politiciens corrompus : « qui veulent faire croire à une nécessité scientifique des essais, qui n'est qu'un leurre ! »...
Au sein même du "Commissariat à l'Énergie Atomique", le spécialiste des neutrinos Michel Cribier a vigoureusement exprimé son désaccord.
Et il y a également Robert Guillaumont, professeur à l'Université d'Orsay, ou encore Marianne Grunberg-Manago, présidente de l'Académie des Sciences !...
Le SNCS, syndicat parmi les plus représentatifs de la communauté scientifique (Syndicat National des Chercheurs Scientifiques) condamne lui aussi sans réserve cette criminelle décision :
« En agissant ainsi, le Président de la République Française asservit la politique de la France aux intérêts étroits des techniciens de l'armement nucléaire et du lobby militaro industriel » !...

Bientôt, notre cher "Président de tous les français" (qui se montre en fait plutôt là comme le VRP d'EDF et de l'industrie d'armement nucléaire), nous imposera une centrale nucléaire dans chaque région de France... Et l'on continuera comme avant à offrir nos déchets radio-actifs au tiers-monde pour qu'il puisse crever encore plus vite, sans même que l'on ait besoin de leur envoyer quelques bombes sur la gueule (!)...
A peine une semaine après cette décision illégitime du pseudo-représentant des français, le pentagone annonce également une mesure analogue de reprise des essais nucléaires ! On voit bien qui sont les réels responsables des guerres qui mettent notre humanité à feu et à sang) (1995) ]

 ... C'est pourquoi il n'y a rien à espérer actuellement, ni des hommes qui gouvernent, ni de leurs adversaires, la même absence de scrupules sévissant dans tous les partis sans exception, aussi bien dans ceux de la majorité que dans ceux de l'opposition.
Est-ce à dire qu'il n'y ait aucun espoir de voir une autre forme de société remplacer celle que nous connaissons ?
Une société selon la conception d'Alexis Carrel ?
C'est à dire respectant les lois fondamentales de la vie humaine, y compris la 3ème, l'ascension de l'esprit, entrainant l'être vers la sagesse, vers des idées de haute moralité, vers la préoccupation des grands problèmes humains.
Une société au sein de laquelle il serait agréable de vivre parce qu'elle permettrait à la fois la satisfaction des besoins de notre corps et les aspirations de notre âme, en un mot, une société faite pour l'Homme !... »
(Henri-Charles Geffroy - 1978)


A voir : "Sarko-Vador s'en va-t'en guerre" !




« Les forces économiques façonnent les paysages et les vies dans l’inconscience et l’indifférence !... »



 A SUIVRE...
(A propos...
N'oubliez pas de lire aussi les commentaires, tant sur cette page d'ailleurs que les autres articles. Vu que je ne garde que ceux qui sont intéressants et constructifs, ils font eux aussi partie intégrante de ces dossiers !
(n'hésitez pas d'ailleurs à en laisser vous-même chers lecteurs, si vous jugez nécessaires de compléter ou éclaircir certains points... voire même y apporter une critique enrichissante))









 





7 commentaires:

  1. Il est encore bien rare de voir des sites remettre en question le monopole de la création des monnaies dettes avec une documentation aussi complète.

    J'ai eu le privilège de traduire de l'Anglais une oeuvre exceptionnelle sur la création monétaire.
    "Au coeur de la monnaie" de Bernard Lietaer, écrit il y a plus de dix ans et publié tout récemment par les éditions Yves Michel, analyse nos systèmes monétaires en fonction de nombreux critères.

    Cette vision systémique aborde l'histoire des monnaies depuis l'antiquité. Les différents filtres de l'analyse comprennent les archétypes de la monnaie, les émotions profondes qu'elle suscite en nous, les effets tant positifs que pervers de sa structure, tout cela dans le cadre d'une société globale en pleine mutation.

    L'histoire des bulles et des crises monétaires, l'abondance à l'époque des Cathédrales ou quand l'Égypte était le panier à grain de la Méditerranée, les sociétés matrifocales ainsi que l'apparition des créatifs culturels ou encore le renouveau d'intérêt pour le culte des Vierges Noires et de la Mère Terre, ainsi que les valeurs féminines manifestes dans les monnaies "Yin" conduisent l'auteur à des solutions qui s'imposent.

    Parmi ces conclusions :

    - "Le système monétaire qui prévaut nous a propulsé, avec efficacité, dans l’époque moderne et particulièrement l’époque industrielle. Les valeurs incarnées dans les archétypes du Souverain, du Guerrier et du Magicien ont été clairement respectées et promues dans notre société. Elles ont contribué respectivement à créer une philosophie d’universalité unique dans l’histoire : les idéaux de sang-froid individuel, de responsabilité et d’esprit d’invention. Il ne faudrait pas minimiser l’importance de ces contributions".

    - "Par contre, le diktat des modernistes qui sanctionnent le monopole des monnaies nationales « parce que c’est plus efficace », n’est guère plus justifiable".

    - "Ceux qui interdisent ou découragent l’usage de monnaies de type Yin devraient aussi assumer la responsabilité de résoudre le problème social que provoque ce monopole des monnaies créées à partir d’une dette bancaire"

    - "Les territoires psychologiques et mythologiques que nous avons explorés ensemble ont pu vous sembler surprenants et même déroutants car le domaine de la monnaie est demeuré submergé si longtemps que sa nature même en tant qu’accord est devenue inconsciente"

    - "Dans ce qui est indiscutablement une phase de transition, faire le choix conscient du genre de monnaie que nous voulons utiliser entre nous pourrait devenir un des outils les plus puissants"

    - "En peu de mots, cela pourrait être la première occasion jamais connue de faire un choix conscient de refonte monétaire. Cela représente une occasion unique d’apprendre de notre passé pour créer un monde d’abondance durable"

    La préface du livre de la Princesse constance de Polignac, formulée à partir du féminin, complète admirablement le thème de la réintégration du Yin et du Yang constamment présent dans le livre.

    C'est une oeuvre monumentale qui exige certes un effort de lecture, mais qui ouvre un immense espace de réflexion et qui apporte des arguments exceptionnels pour pour gérer intelligemment un changement inévitable.
    Michel Ickx

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ce commentaire Michel...
    Avais-tu remarqué justement que j'évoquais cet ouvrage ?
    (C'est près des images d'hydroliennes, je mentionne ainsi plusieurs ouvrages et sites afin de parfaire davantage encore notre connaissance du problème)

    Ce serait bien si tu pouvais également nous offrir en quelque sorte "la substantifique moelle" de cette oeuvre monumentale, avec quelques exemples parmi les plus édifiants des arguments exceptionnels de cet ouvrage !
    MEILLEURES PENSÉES

    RépondreSupprimer
  3. je trouve tellement passionnant toutes les recherches que tu fais! cet article, qui parle du sujet dont bizarrement je comprends très peu, et que mon esprit n'arrive pas à vouloir intégrer, l'economie...les chiffres ne me parlent pas et c'est mon défaut/. Demain, malgré que ce n'est pas très ecologique, je vais devoir imprimer cet article, pour mieux le lire et intégrer...je trouve que c'est passionnant et très explicatif, donc il faut que j'apprenne. Merci pour tant de travail!!!!!

    RépondreSupprimer
  4. Moi non plus je suis pas trop copain avec les chiffres ! :oD
    D'ailleurs, mis à part le petit paragraphe d'intro, où il a bien fallu que je laisse quand-même quelques chiffres pour illustrer le problème de la "création monétaire", mon dossier en est quasiment dépourvu, afin de ne pas seulement parler à cette petite partie du cerveau qui ne se plaît que dans le virtuel et l'abstraction mathématique... mais surtout pour parler "au coeur", et à la conscience !...
    As-tu eu la curiosité d'explorer également les divers liens que j'ai inclus à cet article... notamment la si remarquable fable illustrée "L'île des naufragés" ?
    (Tiens, un autre lien sur cette fameuse "fable" :
    http://www.prolognet.qc.ca/clyde/idn.htm...
    (Là, aucun chiffre pour venir polluer notre raisonnement... Juste une observation pleine de bon sens. Un classique du genre dont on ne se lasse pas... A faire lire à toutes et à tous petits et grands.)

    Et pour revenir dans le concret de notre société hyper-capitaliste... où le débat actuel fait rage sur l'utilité ou non de la monnaie unique européenne...
    Le problème n'est pas tant celui d'avoir une monnaie universelle (qui en soit serait une bonne chose, comme d'avoir pour toute l'humanité une langue universelle, qui soit l'Espéranto et non pas une langue hégémonique et colonialiste comme "l'anglais" (Une monnaie universelle pour toute l'humanité, qui ne soit donc pas le dollars, mais une monnaie "pacifiste", qui soit vraiment au service de l'humanité mais pas comme de nos jours où ce sont plutôt les hommes qui en sont les esclaves soumis !!!), mais d'avoir au sein de cette "Économie globale", des "MONNAIES FÉCONDANTES" - qui pourraient être en quelques sorte des "monnaies nationales" émises par les gouvernements eux-même pour financer leurs budgets et non par les banques usurières -, qui puissent ainsi relancer partout l'activité humaine, non plus pour des délires guerriers, dominateurs et colonialistes... mais plutôt pour ces grands travaux indispensables à l'évolution humaine...
    Mes illustrations dans ce dossier évoquent par exemple ce que pourrait vraiment faire le génie humains s'il était mieux canalisé par une "économie écologique" véritablement au service de l'Homme :
    Tout en continuant à progresser technologiquement et améliorer sans cesse notre confort - même dans les coins les plus reculés de la planète : Reverdir notre Terre, veiller à l'épanouissement de toutes ses formes de vie, bref : la retransformer en "paradis" - un peu comme ce fameux peuple des "NOX" dont je parlais dans ma page de Bienvenue (http://2013-continuum.blogspot.com/2010/12/bienvenue.html) ...
    Et oeuvrer dans le même temps pour partir à l'exploration de l'univers, avec la construction de vaisseaux spatiaux, stations orbitales, lunaires, martiennes, etc.

    RépondreSupprimer
  5. 5 questions vitales au nouveau Président !

    Cette compilation vidéo de Étienne Chouard (*) fait un état des lieux et donne des pistes de travail intéressantes.
    C'est un excellent moyen de faire connaître la réalité de notre système économique et politique aux plus sceptiques...



    1- Comment la monnaie est-elle créée ?

    2- Pourquoi la dette est-elle aussi importante ?

    3- Quelle banque dirige le Président français ?

    4- Pourquoi nos lois sont-elles votées par les mêmes personnes qui possèdent l'économie ?

    5- Pourquoi votre programme n'aborde pas les 4 questions précédentes ?



    N'hésitez surtout pas à diffusez cette page à tous vos contacts, en leur demandant qu'ils fassent aussi de même...
    Est-ce que ça va germer à temps ?...


    Cf. "http://etienne.chouard.free.fr/Europe/forum/"

    (*) "http://www.youtube.com/watch?v=3uu_NdsPoHQ&feature=youtu.be&hd=1"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ajoute une autre question qui me semble étrange:
      Pourquoi l'économie US, très endettée, est-elle néanmoins rendue assez prospère par son industrie militaire et pourquoi envisageons-nous la reprise d'activité en Europe dans la lutte contre le fléau climatique: le bien vivre son économie exige-t-il la guerre et les malheurs internes?

      Supprimer
  6. "Moins.encore", tu posais à mon avis une "question étrange" dont tu avais la réponse...
    Quel message voulais-tu donc nous passer là ?



    A propos...
    Du nouveau :
    - http://fraternitecitoyenne.blog4ever.com/blog/lire-article-668308-9370409-lettre_n_1_du_mouvement_pour_une_monnaie_democrati.html


    Et aussi, document Facebook :
    - http://www.facebook.com/groups/184837241604076/317646041656528#!/groups/166710522100/doc/10150823979722101/

    RépondreSupprimer